COVID19 et école à distance: quel(s) enseignement(s) pour les sciences ?

Conclusion 

Il ne suffit pas de médiatiser des contenus, il faut aussi médiatiser la relation pédagogique…

Nous voyons que le modèle des huit fonctions génériques proposé par D. PERAYA est pertinent pour analyser les dispositifs de formation mis en place dans le cadre de l’EàD. Par ailleurs, une grande majorité des étudiants en formation déclarent vouloir continuer à utiliser un ou plusieurs artefacts avec leurs classes l’an prochain. Or, L’enseignement « normal » propose déjà une alternance entre moments en présentiel et moments de travail à domicile. Il y a un donc intérêt à penser dès le début son dispositif d’enseignement comme un dispositif hybride et le modèle des huit fonctions génétiques peut nous y aider.

Par ailleurs, ce qui est mis en place dans cet esprit aura plus de chance d’être transposé avec succès si un nouvel épisode de confinement débute. Certes, l’enseignant ne pourra pas maitriser certains paramètres comme la qualité des conditions de travail à domicile des élèves ou les directives données par les autorités scolaires, mais il peut adapter son dispositif aux conditions particulières du travail à distance.

L’analyse des témoignages nous permet de dégager quelques principes utiles :

  • se renseigner auprès de ses élèves de leur disponibilité matérielle. Si le smartphone est leur principal ou seul accès à des ressources en ligne, prévoir des ressources compatibles avec le smartphone ;
  • initier ses élèves aux scénarios pédagogiques impliquant des outils numériques afin de les familiariser avec leur fonctionnement, mais aussi avec vos attentes. Cela peut impliquer de « déconfiner » le smartphone en l’intégrant parfois au travail en classe ;
  • restreindre la diversité des outils numériques exploités et mettre en place des routines pour les productions des élèves à l’aide de ses outils numériques.

Dans leur article « Apprendre en présence et à distance : une définition des dispositifs hybrides[1] », Charlier, B., Deschryver, N. & Peraya, D. (2006) ont rappelé la nécessité de ne pas oublier de médiatiser la relation pédagogique : «  rappeler aux nombreux concepteurs de dispositifs médiatisés que tout acte pédagogique, à l’instar de tout acte de communication, comporte un important aspect relationnel. Il ne suffit donc pas de médiatiser, de “ mettre en différents médias ”, les seuls contenus et les connaissances. La relation pédagogique dont personne ne doute en situation présentielle doit elle aussi faire l’objet d’un processus de médiatisation ».

Nous avons relevé que les enseignants, tout en relevant le manque d’interactions sociales et de partage, ont largement recouru aux travaux individuels en omettant de médiatiser les interactions entre élèves à distance, d’organiser un partage des productions, de proposer une évaluation par les pairs ou de poster des commentaires. Quelques tentatives ont montré qu’une activité « socialisée » ne s’improvise pas, mais doit être initiée et intégrée en présentiel pour avoir une chance de se maintenir à distance. On peut :

  • proposer de temps en temps des devoirs de maison par groupe utilisant une plateforme collaborative ;
  • encourager le partage et la mise en commun des productions. Quand cela s’y prête, permettre aux élèves de voir les productions des camarades ;
  • proposer aux élèves de commenter et/ou donner une appréciation à une ou plusieurs productions (évaluation par les pairs) ;
  • Proposer aux élèves de tenir un journal réflexif.

En organisant ses interactions à distance lors des devoirs de maison, on permet aux apprenants de prendre en charge une partie des rétroactions (compréhension des consignes, problèmes techniques, qualité du travail) qui, sans cela, reposent sur les seules épaules de l’enseignant. En retour, celui-ci peut envisager des tâches plus ambitieuses.

Toute une palette d’artefacts facilitant le travail collaboratif est disponible : sur Moodle, il existe les activités Sondage, Wiki, Devoir (groupe), Atelier et Feedback. Dans EDUGE, il y a la possibilité de partager des documents, de commenter, de suivre les modifications…

Le potentiel de ces artefacts ne demande qu’à être exploité dans nos futurs scénarios pédagogiques.

Remerciements à :Angela, Bastien, Caterina, Damien, Diana, Donik, Fabrice, Hugo, Jérome, Laetitia, Loris, Marc, Mélanie, Naim, Olivier, Tanjema, Thierry. 
F. Lombard pour la relecture


[1] Charlier, B., Deschryver, N. & Peraya, D. (2006). Apprendre en présence et à distance: Une définition des dispositifs hybrides. Distances et savoirs, vol. 4(4), 469-496. https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2006-4-page-469.htm.

Enseignant en biologie au secondaire II depuis .... pffff... longtemps. Formateur MiTic en science ( SEM Formation / IUFE Uni Genève)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.